flux rss Imprimer (nouvelle fenêtre)

Gens du voyage: ils sont partis, mais jusqu'à quand ?

  • Retour
  • 15-09-2016
  • Gens du voyage: ils sont partis, mais jusqu'à quand ?
  • Par Commune Boissettes <mairie-de-boissettes@wanadoo.fr>

Gens du voyage: ils sont partis, mais jusqu'à quand ?

Le parc municipal de nouveau occupé par les gens du voyage

Venues de Soignolles en Brie, près de Solers, à 21 km de Boissettes une centaine de caravanes sont arrivées dimanche 11 septembre vers 17 heures  sur le terrain communal.

Faisant comme à l'accoutumée un usage privé du domaine public, ils ont retiré les rochers empêchant le passage, comblé le fossé et se sont ménagé une entrée sous la surveillance impuissante des policiers présents n'ayant reçu aucun ordre pour intervenir et en effectif trop faible pour s'imposer auprès d'hommes nombreux et prêts à en découdre.

Le maire, Bernard Fabre a déposé plainte et alerté la préfecture du risque d’incendie du fait de la sécheresse des hautes herbes et des barbecues sauvages.

Par le biais de l’équipe de médiation de l’association Le Rocheton, ils paieront à la Communauté d'Agglomération Melun Val de Seine 1 000 € pour l’eau et l’électricité, et 600 € pour deux bennes à déchets, l'association veillant qu'à leur départ, le terrain soit nettoyé ... mais qu'en sera-t-il des abords, servant traditionnellement de toilettes publiques car il ne faut pas salir les caravanes pourtant équipées de sanitaires !

Ce sont les riverains qui en font les frais, supportant bien malgré eux les passages incessants de véhicules, les soirées bruyantes et les miasmes décrits ci-dessus.

Hélas la communauté d’agglomération Melun Val de Seine ne respecte pas le schéma départemental d'accueil et d'habitat des gens du voyage établi pour la période 2014/2019: Il manque 50 places d'accueil et une aire de grand passage sur le département. 

 Tant que les institutionnels n'auront pas rempli leurs obligations, le Préfet de Seine et Marne persistera dans sa décision de ne produira aucun arrêté d'expulsion.

Ils sont partis le 25 septemre après 2 semaines d'occupation : les riverains et l'ensemble des Boissettais clament "ASSEZ!"